Page 1 of 1

Oct 8 - Fan Fan - bulletin

PostPosted: Mon Oct 10, 2005 1:50 pm
by Charlie
During this hour with the Congolese musician Fan Fan, an image emerged of a musician moving through his life as if he were a boat, with music the water on which he floats.

Mose Sesengo (‘Mo-zay Sess-engo’) has been known as ‘Fan Fan’ since he was a teenager in Kinshasa. We've met several times over the years since he came to live in the UK in 1985, and Fan Fan played with Papa Noel during a live broadcast from WOMAD a few years ago. But we had never had a proper conversation before.

Earlier this year, Fan Fan released a new album, Bayekeleye, a lovely record that I failed to do justice to, perhaps unconsciously put off by my inability to pronounce its title, which I belatedly got to grips with tonight - ‘by-yay-kell-ay-yay’.

The spur for the invitation was the release of Golden Afrique, Vol 2, a double CD on the German label, Network, celebrating Congolese music from years 1956 to 1982. Listening to it ‘blind’, without checking the artist names, I was particularly struck by Track One on CD 2. It turned out to be ‘Pele Odidja’ by Fan Fan. Who better to guide us through the album than the man who played guitar with Franco’s OK Jazz from 1967-74.

Without attempting a detailed who’s who of Congolese music, we did mention a few of the major pioneers from the 1960s:

Joseph Kabasele, who called his group African Jazz, which inspired another group to call itself OK Jazz, whose teenage singer/guitarist Franco soon became their leader.

Dr Nico, who left African Jazz to form African Fiesta, is widely revered as the master guitarist from this era, but Fan Fan remembered Tino Baroza as being equally important.

I’ve always liked the sound of the saxophonist Essous, but had not quite appreciated his role as a founder-member of three major groups – OK Jazz, Les Bantous de la Capitale (based in Brazzaville, in the ‘other’ Congo, north of the river), and Ry-co Jazz. When I played ‘Lily Germaine’, a long-time personal favourite from Essous’ 1984 solo album, Fan Fan pointed out that the song was written by Tina Baroza.

For about twenty-five years, 1960 to 1985, Congolese music was the dominant style throughout huge swathes of Africa, as the big Congolese bands toured the continent, up through Cameroon to Ivory Coast and especially East Africa from Kenya and Uganda through Zambia, Malawi and Tanzania.

This was where the image of music as water came to me, waves of music washing though the continent, sometimes leaving musicians behind when the tide receded. Local demand was insatiable, as every hotel wanted its own resident orchestra playing this sound, if possible featuring authentic Congolese singers and musicians.

Vocalists Sam Mangwana (*), Nyboma (*), and the musicians who later became Les Quatres Etoiles, worked in Lomé (capital of Togo) and Abidjan. Fan Fan went east, joining and forming orchestras from a mixture of local and Congolese musicians in Nairobi and Dar Es Salaam. ‘Pele Odidja’ is taken from the album Belle Epoque on RetroAfric (RETRO 7CD), a compilation drawn from Fan Fan’s recordings in Kenya and Tanzania, whose sleeve note documents his wanderings.

(*) Sam Mangwana and Nyboma have two tracks each on Golden Afrique Vol 2, and if you need to know more, get hold of Gary Stewart’s book, Rumba on the River: A History of the Popular Music of the Two Congos (Verso Press).

In last week’s bulletin, the list of UK labels releasing albums by world music artists inexplicably and inexcusably omitted Real World, whose latest release is the third album by the Mexican outfit, Los De Abajos. Produced by Temple of Sound, LDA v The Lunatics is their best yet, and the message of the single, a reworking of the Fun Boy Three’s ‘The Lunatics Are Taking Over the Asylum’, becomes more apt every day.

PostPosted: Mon Oct 10, 2005 7:48 pm
by Jamie Renton
Charlie

You wondered on air what Neville Staples contribution to Los De Abajo's Spanish language version of ‘The Lunatics Are Taking Over the Asylum’ is.

As far as I can tell he shouts "Hey Rude Boy! This is Mexico! Gather round!" at the start of the track. A small contribution, but a worthy one.

Jamie

Dr Nico

PostPosted: Tue Oct 11, 2005 10:14 am
by Charlie
I sent a note thanking Fan Fan for coming in and his reply included a link to a biography of Dr Nico in French. It is taken from a Congolese site called www.LePotential.com, although I could not actually find it there. I wonder if anybody has the skill and time to provide an English translation.

----------------------------------------

Cher Charlie

The very happy man was me to be with you again for more years in the past, my happiness was to talk with you the reality of the Congolese music and musicians specially Dr Nico. Sorry to be not in time it was difficult for me find the place.


I attach here the history of Dr.Nico I received today from home news. It is in french I know you speak french too may you can read that to know well and better in the life of Kassanda Nicolas alias "Nico Mobali".


---------------------------------------------


JEANNOT NE NZAU DIOP
Kinshasa

Né le 7 juillet 1939 à Mikalayi dans le Kasai Occidental, Nicolas Kasanda a fait des études moyennes chez les frères des Ecoles chrétiennes à N'Djili. Après les études secondaires, il obtint un diplôme de mécanique automobile. Le fait de vivre ensemble avec des artistes-musiciens dont son père accordéoniste, son grand-frère Déchaud Charles Mwamba guitariste, son cousin Balozi Tino Baroza, l'un des plus grands guitaristes solistes congolais, fut une loi de causalité qui le poussa à son tour à embrasser l'art d'Orphée.

Entraîné par Déchaud, en 1946, alors étudiant, il imitait les grands musiciens de l'époque. Il fit son entrée dans la musique en 1950. Il fera ses premiers pas dans la carrière musicale en accompagnant les vedettes de renom telles que Jimmy l'Hawaïenne, Muanga Paul, Déchaud Mwamba qu'il a accompagné d'abord en tant que chanteur dans les studios Opika, puis guitariste soliste. Sa première oeuvre fut chantée en tshiluba, il n'en connaissait même plus le titre, parce qu'en ce moment là, il ne tenait pas le rôle de guitariste. Il n'était qu'un petit chanteur qu'on avait initié à la vie musicale. Il enviait beaucoup l'orgue, le violon et la guitare hawaïenne. Les instruments à vent l'intéressaient énormément. Ses talents se mirent à captiver à partir de 1960. On lui octroya le poste de soliste titulaire dans African Jazz de Joseph Kabasele dit Grand Kallé au sein duquel prestaient Tino Baroza, grand soliste devant l'Eternel, Rochereau Tabu Pascal, Roger Izeidi, Déchaud Mwamba, etc.


NICO, UN VIRTUOSE DE KA GUITARE

A son retour de Bruxelles, Joseph Kabasele se faisait rare aux concerts de son groupe. Il préférait la compagnie des hommes politiques. Seules les recettes des concerts l'intéressaient. Un jour, en 1961, Nico se fâche. Il rassemble ses amis musiciens et s'explique sur la situation de l'African Jazz. Ils sont d'accord avec lui, Nico monte un autre African Jazz, Aile Nico. Il est avec Depuissant Bosuma, Tabu Pascal Rochereau, Roger Izeidi, Déchaud Mwamba, Willy Mbembe, Baskys et Bejos. Ils entrent au studio et sortent plusieurs titres, notamment «Nazongi mboka», «Ruffine missive» et «Kay Kay». Kallé Jeff se rétracte et s'en va en Belgique avec Vicky Longomba, Tino Baroza et Lutula Edo Clary. A Bruxelles pendant une année, ils procèdent aux enregistrements avec Emmanuel Dibango dit Manu. «Jamais Kolonga», qu'on appelle «Simba ngai makasi» de Tino Baroza, «Bamonaki yo» et «Lolo wa ngai» sont parmi les disques qu'ils ont enregistrés. A leur retour à Kinshasa, Longomba quitte l'orchestre pour le Négro Succès. Quelque temps après, Nico et ses amis reviennent vers Kallé.

Mars 1962, l'African Jazz se rend à Bruxelles. L'orchestre enregistre une série de chansons avec toujours la contribution de Manu Dibango, notamment «African mokili mobimba» de Déchaud Charles Mwamba, «Kelya» et «Bonbon sucré» de Tabu Pascal Rochereau, «Le bateau de Tahiti» et «Twist à Kinshasa», sont parmi les titres enregistrés au cours de ce voyage. Mais, la situation n'était pas toujours au beau fixe avec d'autres amis. Le 12 mai 1963, Nico quitte de nouveau l'African Jazz.

L'insatisfaction pousse le trio Nico-Rochereau-Roger à monter un groupe dont ils détiendraient le leadership. Ainsi naquit, le 13 juillet 1963, l'African Fiesta. Les deux titres du premier 45 tours, «Rendez-vous chez là-bas» et «Tremendo punto», sont des succès sûrs, et les «ambianceurs» les plébiscitent. Ils seront suivis de «Bilombe ya Africa», «Sawa», «Muasi abandaka», «Seli Kutu», «En Guatanamo», «Na leli Léo», «Mimi», «Eso la vida», «Rythmo ya su», «Moto abungaka», «Permission», «Tembe nde tembe», .., sont des tubes qui ont marqué le début tonitruant de l'African Fiesta, qui vient bouleverser la hiérarchie musicale à Léopoldville.

Trois petites années plus tard, en 1966, Nico Kasanda et Déchaud Mwamba, toujours insatisfaits, créent leur propre groupe : «African Fiesta Sukisa» afin de goûter à l'imperium en solo. Roger Izeidi, qui revient des Etats-Unis d'Amérique, tente de les réconcilier. Niet, ils ne veulent pas de la réconciliation. L'orchestre de Nico et Déchaud se compose au chant de Paul Mizele, Apôtre Diongas (Brazzavillois), Vigny Lambert Kalouga, Michel Banda dit Micky et Georges ; batteur : Georges Armand dit Arjos ; saxophone : Gabriel Kayunga ; trompette : Victor Kasanda dit Vixon, Joseph Mingiedi dit Jeff Pedro, Matafula Cailloux ; guitare Basse : André Lumingu dit Zorro ; guitare d'accompagnement : Charles Mwamba Déchaud et Delafrance ; guitare Solo : Docteur Nico.

LES SUCCES D'AFRICAN FIESTA SUKISA

En 1967, Nico recrute les chanteurs Chantal Kazadi, Lessa Lassan et Sangana, le flûtiste-saxophoniste Michel Ngouolali, ancien sociétaire des Bantous de la Capitale, Ye Bondo dit Bovick, guitariste pop, qui vient d'Elisabethville au Katanga. Nico et son African Fiesta Sukisa mettent sur le marché plusieurs disques 45 tours dont «Tu m'as déçu Chouchou», «Sadi naboyi masumu», «Ntumba», «Fanta Diarra», «Kiri mabina ya sika», «Nazali se mobali na yo», «Yaka toyambana», «Tour d'Afrique», «Sule», «Mwa Kasanda», «Pokwa Paris», «Aimé Zonge», «Sukisa miziki ya lokumu», «Julienne importée», etc. Un disque pose problème: «Kiri mabina ya sika». Docteur Nico réclame la paternité de la danse du même nom créée par les Bantous de la capitale. De toute évidence, il semble que c'est Michel Ngouolali qui a suggéré à Nico l'existence de cette danse. Pour renforcer son attaque chant, il recrute encore le chanteur Josky Kiambukuta, en 1969.

Cette période marque le grand succès de l'orchestre avec des titres comme «Na keyi Abidjan» et «Chantal» de Chantal Kazadi, «Echantillon ya pamba» de Lessa Lassan, «Aruna», «Ngalula mipende ya milangi», «Zadio», «Bougie ya motema», «Pauline», «Saouda», «Je m'en fous», «Mbandaka», «Marie-Pauline», «Mokili ya Nzambe», «Béa akeyi wapi», «Mira», «Ka munganzi ko», «Bolingo ezali po na kisi te», «Asalam malekoum», de Docteur Nico. Hélas ! African Fiesta Sukisa connaîtra un naufrage prématuré en 72. Nico Kasanda et Déchaud Mwamba sont les rares musiciens qui puissent se vanter d'avoir fait danser le président ivoirien, Félix Houphouët Boigny.

C'est alors que Tabu Ley le récupère au sein de son Afrisa International en 1982. Un hit mémorable marque ce come back qui défraie les annales musicale. Il y a un prémonitoire «Résurrection». On y parle de Docteur Nico sorti de l'eau alors que tout le monde le croyait mort et enseveli. Mais ce n'est toujours pas le havre de paix musical qu'il cherchait. Quelque temps après, Docta Kasanda liera sa vocation à celle de VA. Ce ne fut qu'un feu de paille, qui crépita et s'éteignit de lui-même faute de combustible artistique. Tantine Abeti Masikini, qui lorgnait les prouesses majeures du guitariste maestro, le convie à participer aux enregistrements de son groupe au studio de l'Industrie Africaine du Disque (Iad) à Brazzaville.

Ceci constitue un véritable porte-bonheur pour ce dieu de la guitare. Il fait un périple en terre française en tant que guest star du groupe les Redoutables. A Paris où il séjourne cinq mois durant, les artistes zaïrois et ceux de l'Afrique de l'Ouest profitent de sa présence pour embellir leur musique avec les partitions magiques du Docteur, orfèvre de la guitare.

Grâce à cette collaboration avec Abeti Masikini, il décroche un contrat qui le conduit à Lomé au Togo, où il participe à la tournée ouest-africaine de l'Ecurie Aziza. Nico Kasanda catalyse la curiosité des mélomanes qui, à tort, avaient cru à la disparition de ce virtuose de la guitare. Dans sa verve artistique, il réalise un album pour le compte de l'Office togolais du Disque (Otodi) avec Gérard Biobiovana Akweson, le mari et mentor d'Abeti Masikini.

Ensuite, Akweson l'invitera aux Etats-Unis d'Amérique par le biais de la colonie sierra-léonnaise des Usa. Ce retour impromptu à la Zorro aux yeux du public, surtout l'ancienne génération, le revêtit d'un charisme incontestable. En fait, Docteur Nico Kasanda fut et demeure le plus grand monument de la guitare qui rythme et embellit les chansons dans l'histoire de la musique congolaise contemporaine.

Liens Pertinents

Afrique Centrale
Congo-Kinshasa
Arts, Cultures, Littérature



Docteur Nico fut un artiste de grande valeur, qui avait un respect absolu envers les pionniers de la musique congolaise. Leurs oeuvres avaient une place particulière chez lui. Selon Nico Kasanda, ces vieux avaient produit la vraie et aussi la pure musique congolaise. Pour lui, un musicien congolais digne de ce nom devait écouter, comprendre et pénétrer leurs oeuvres pour ensuite les modifier et corriger quelques-unes de leurs erreurs.

L'artiste-musicien Kasanda Wa Mikalayi aimait dire, à propos de la musique des rythmes afro-cubains et d'autres rythmes d'Amérique centrale, qu'ils sont apparentés à la musique africaine, grâce à la traite négrière. Il réfutait l'assertion selon laquelle les Africains imitaient et copiaient la musique afro-américaine.

Translation

PostPosted: Tue Oct 11, 2005 12:23 pm
by Ted
First Part:

JEANNOT NE NZAU DIOP
kinshasa

Born 7 July 1939 in Mikalayi in the Western Kasai region, Nicolas Kisanda was educated as a boy at the Christian Brothers School in Djili. After completing his secondary education, he qualified as a car mechanic. He lived among artists and musicians, including his Accordionist father , guitarist older brother Dechaud Charles Mwamba, and cousin Balozi Tino Baroza, one of the great Congolese guitarists, which inevitably caused him , in turn, to “embrace the lyrical artâ€

PostPosted: Thu Dec 08, 2005 4:34 pm
by Ronald
Thanks for posting this Nice article about Dr Nico.

For those who read French and who are interested in it, here is another account of that time but it highlights more the important role Jimmy Zakari or Jimmy the Hawaiian played:

http://maziki.free.fr/index.htm

then click on Musique Centrafricaine in the column on the left.